Dialogues sous les remparts -
  • feuilleter
  • Littérature étrangère
  • Date de parution : 18/01/2018
  • Format : 14 x 20,5 cm, 160 p., 15,00 EUR €
  • ISBN 978-2-7529-1141-4
Dialogues sous les remparts
Oya Baydar
Traduit par Valerie Gay-Aksoy
Langue d'origine : Turc

Diyarbakir, capitale du Kurdistan turc, aujourd’hui : sur les remparts de la forteresse antique de Sur, la neige tombe. Lente, douce et tranquille.

 

Dialoguant avec une mystérieuse interlocutrice, Oya Baydar, figure majeure de la littérature turque et ancienne militante marxiste, revient sur une vie de luttes dont la tragédie kurde contemporaine est l’ultime chapitre.

 

L’idéal révolutionnaire et les bonnes intentions d’une génération d’intellectuels turcs se heurtent, en des chants alternés, à la réalité crue de la guerre et quotidien d’un peuple, pour qui l’urgence est de survivre.

ils en parlent…
  • « Dialogue poignant entre deux voix, la Turque et la Kurde de Turquie, un livre intense de la lauréate du prix France Turquie 2016. »

    Valérie Marin La Meslée. Le Point.

     

    « Un examen de conscience lucide et le témoignage du durcissement du régime d’Erdogan. […] Sous la forme d’une dispute féconde, Oya Baydar fait vivre de l’intérieur la tragédie kurde et l’aveuglement des intellectuels.  »

    Sophie Joubert. L’Humanité.

     

    « Dialogues sous les remparts offre un autre aspect du talent d’Oya Baydar en déployant une dramaturgie toujours plus intense au fil d’une joute qui évite le didactisme. […] Le contexte de ce roman âpre et incandescent, dénué de toute emphase, est d’une actualité brûlante, mais ses motifs ont des échos universels. »

    Christian Authier. Le Figaro littéraire.

     

    « Oya Baydar fait le point sur son combat pour la démocratie et sur l’état de son pays. […] Auteure engagée, militante de gauche, emprisonnée dans sa jeunesse pour ses idées, Oya Baydar, 77 ans, n’est pas femme à se laisser décourager. »

    Marie Jégo. Le Monde des Livres.

     

    « Oya Baydar épluche sans tabou l’un des sujets les plus sensibles aujourd’hui en Turquie : les Kurdes, leurs luttes, leurs partisans, leurs plaies, leurs erreurs, leurs relations avec les Turcs... »

    Marianne Meunier. La Croix.

     

    « Oya Baydar puise sa force littéraire dans un puits d’absolu. »

    La Marseillaise.

     

    « Ce dialogue, à la fois émouvant et subtil, pose des questions essentielles - et taraudantes. »

    Thierry Cecille. Le Matricule des anges.

     

    « La voix d’Oya Baydar, sombre et magnifique, se fait à nouveau entendre dans cette confession désenchantée mais emplie d’espoir malgré la violence d’un monde qui se nourrit de la peur de l’autre. »

    Linda Pommereul, Librairie Doucet (Le Mans). Page des Libraires.

     

    « Une forme originale et fascinante. »

    Jean-Paul Champseix. En attendant Nadeau.

Podcast France Culture - La Grande table (1ère partie) par Olivia Gesbert - 25/01/2018
À propos de l'auteur
Existe aussi
Du même auteur