Les Fleurs d’hiver -
  • feuilleter
  • Roman
  • Littérature française
  • Date de parution : 03/04/2014
  • Format : 14 x 20,5 cm, 160 p., 15,00 EUR €
  • ISBN 978-2-7529-0998-5
Les Fleurs d’hiver
Angélique Villeneuve

Octobre 1918. La guerre s’achève. Toussaint rentre chez lui. Il va retrouver Jeanne, sa femme, et la petite fille qu’il n’a pas vue grandir. Mais ce n’est pas du fond des tranchées qu’il revient, c’est de l’hôpital du Val-de-Grâce, service des gueules cassées.
Pour Jeanne, ouvrière fleuriste, ce retour signifie le début d’un nouveau combat. Si pendant quatre ans elle a su affronter l’absence, la peur et les privations, le silence de l’homme qu’elle aime et le bandeau que nuit et jour il garde sur le visage seront des ennemis autrement plus cruels.
Le chemin qu’ils vont parcourir tous deux, ensemble et séparément, Angélique Villeneuve le livre ici avec pudeur, cherchant l’éblouissement dans l’ombre et les fleurs dans l’hiver.

« Elle voudrait pouvoir approcher Toussaint, lever vers lui un visage clair, elle voudrait n’avoir qu’un seul sentiment et ne rien inventer, et puis voilà que tout s’embrouille, rien n’est comme elle a prévu et elle n’a rien prévu, pas voulu y penser, pas pu croire qu’un jour ça allait vraiment arriver. »

ils en parlent…
  • « Les Fleurs d’hiver est un roman très triste et malgré tout formidablement réconfortant sur le genre humain. Non pas que Jeanne soit une héroïne, ni Toussaint un grand soldat. Ce couple-là est ordinaire, et c’est cette banalité qui donne aux personnages une dimension absolument romanesque. »

    Béatrice Vallaeys. Libération. 23 avril 2014
  • « Dans ces Fleurs d’hiver, on aurait pu s’attendre à des cris, à une complaisance dans la souffrance, à quèlques mots violents, durs. Aucun ne vient. Et c’est sans doute dans cette extrême sensibilité, dans ces effleurements qui traduisent l’indicible, que le roman puise sa force. »

    Mohammed Aïssaoui. Le Figaro Littéraire. 15 mai 2014